Category

Stats Équipes

Category

Pour bien comprendre ce Top 5, il faut expliquer la définition retenue de « centre réussi » : c’est un centre qui a été repris par un coéquipier. Dans notre concept de centre réussi, il y a donc une part de capacité de l’attaquant à gagner son duel et reprendre le centre.

C’est donc l’En Avant Guingamp qui réussit la plus grande proportion de ses centres. 148 des 550 centres tentés par les Guingampais ont été repris par un coéquipier.

Parmi les hommes de Kombouaré qui ont tenté au moins 10 centres, Thibault Giresse (34.6%), Fernando Marçal (33,0%) et Yannis Salibur (29.6%) sont les plus performants.

Et qu’en est-il de la pire équipe de Ligue 1 dans le domaine ? Avec 21.2% de centres réussis, c’est l’OGC Nice qui a le moins bon taux de conversion. Mais ne vous inquiétez pas pour les Aiglons, Lucien Favre a bien intégré cette faiblesse dans son style de jeu : les Niçois sont ceux qui ont tenté le moins de centres (330), très loin derrière Toulouse (473), avant dernier.

Si les 3 premières équipes de ce Top 5 étaient attendues, les 4e et 5e peuvent surprendre.

Un Top 3 attendu

Lyon, Paris et Monaco. Un trio attendu pour un Top 5 offensif, même si l’ordre peut surprendre.

Fort de ses 87 buts marqués, soit 27 de plus que Lyon et Paris, Monaco paraissait intouchable. Mais l’un des points forts de l’attaque monégasque cette saison est l’efficacité de ses buteurs. Avec, en moyenne, 1 but tous les 4,8 tirs, l’ASM a besoin de 3,1 tirs de moins que Lyon et 2,5 tirs de moins que Paris pour inscrire 1 but

La surprise

Le SCO d’Angers est souvent perçu comme une équipe très défensive, qui se crée des occasions essentiellement sur coups de pieds arrêtés. Et pourtant, les Angevins se retrouvent à la 4e place de ce classement.

Si l’on analyse plus en détails les tirs des hommes de Stéphane Moulin, on se rend compte qu’ils sont ceux qui tirent le plus depuis l’extérieur de la surface en Ligue 1 (189), juste devant le LOSC (184).

Et forcement, l’efficacité en pâti . Le SCO marque en moyenne tous les 13 tirs. Seuls Nancy, Nantes et Bastia font pire en Ligue 1.

Le grand absent

4e meilleure attaque du championnat avec 48 buts, Nice faisait partie des sérieux prétendants à ce Top 5. Pourtant, avec 337 tirs, les Niçois ne sont que 13e du classement des équipes qui tentent le plus leur chance.

Surtout, la répartition de leurs tirs par zone de terrain est plus proche de celle d’Angers que de Monaco:

  • 177 tirs depuis l’intérieur de la surface, soit 52.5%
  • 160 tirs depuis l’extérieur de la surface, soit 47.5%

Malgré la part importante de tirs de loin, Nice est la 2e équipe la plus efficace du championnat avec, en moyenne, 1 but tous les 7 tirs.

Si Manchester City a régalé en début de saison, les Citizens ont du mal à retrouver le rythme en Premier League…

Dorénavant 3e du championnat, à 12 points du leader Chelsea, Manchester City a clairement fait une croix sur le titre en Angleterre.

Après l’élimination en 8ème face à Monaco, il ne reste qu’à Guardiola et Manchester City la FA Cup pour espérer décrocher un titre cette saison.

Manchester City, des entames compliquées

À la lecture des statistiques des Skyblues, un élément saute aux yeux : sur les 30 buts qu’ils ont encaissé, 1/6 l’ont été dans les 10 premières minutes. À ce petit jeu là, seul West Ham fait pire en Premier League (7).

C’est dire le handicap avec lequel peuvent partir les hommes de Guardiola. Par exemple, Chelsea, le bon élève de la classe n’en a lui encaissé aucun.

Guardiola, plus tactique que mental

Comment expliquer cela ? La préparation psychologique doit forcément entrer en compte. Antonio Conte excelle dans la capacité à mobiliser ses troupes tandis que Guardiola semble plus être un génie tactique.

Quoiqu’il en soit, il faudra corriger ça l’année prochaine pour que Guardiola prenne la pleine mesure du championnat anglais et s’adapte à l’énorme intensité qui est déployée chaque semaine sur ses pelouses.

Chelsea file vers le titre en Premier League. Antonio Conte a su redynamiser une équipe minée par la personnalité trop forte de Mourinho.

Avec 10 points d’avance sur Tottenham, sans coupe d’Europe à jouer, Chelsea peut être serein : le titre devrait bien leur revenir cette saison.

Retour en chiffres sur cette saison d’ores et déjà d’anthologie.

Les classements où Chelsea est numéro 1

  • Chelsea n’a besoin que de 6,8 tirs pour marquer
  • Cheslea, c’est 10 buts de l’extérieur de la surface
  • Chelsea a inscrit 8 buts dans les 15 premières minutes
  • Chelsea a ouvert le score à 22 reprises
  • Chelsea n’a encaissé que 21 buts
  • Chelsea a garder sa cage inviolée 13 fois
  • Chelsea gagne 52,7% de ses duels
  • Les joueurs de Chelsea ont réussi 397 dribbles en Premier League

Autant dire que les Blues réalisent une saison assez exceptionnelle et dominent outrageusement leurs adversaires.

Les pénaltys font souvent polémique. Mais quelles sont les équipes qui en pâtissent le plus ?

Après avoir vu quelles étaient les équipes qui avaient inscrit le plus de pénaltys, intéressons nous maintenant aux coupables de fautes dans la surface.

Et c’est Dijon qui détient la palme avec 9 pénaltys concédés. Les Bourguignons sont suivis de près par Toulouse, Guingamp et Caen qui ont commis 8 fautes dans la surface de réparation.

Pour ce qui est des buts concédés sur pénalty, on retrouve Caen qui a en a encaissé 8 et Toulouse qui a pris 21% de ses buts sur penalty (7/33)

À contrario, Rennes et Saint-Étienne ont eux encaissé seulement 1 pénalty cette saison, personne ne fait mieux.

La vilaine blessure de Wylan Cyprien s’est ajoutée à celle de Pléa. il faudra faire sans ces deux joueurs là jusqu’à la fin de la saison.

Avec nos deux « géants » parisiens et monégasques, on en aurait presque oublié l’autre club qui flambe cette saison, l’OGC Nice.

À 2 points du PSG et 5 de Monaco, les Aiglons n’ont pas encore dit leur dernier mot, mais viennent de connaître deux terribles coups durs.
Amputée de Pléa et de Cyprien, l’équipe niçoise va devoir mettre les bouchées doubles pour rester dans la course au titre.

S’ils ont su faire pendant la CAN avec les absences de Séri et de Belhanda (sur blessure), c’est ici 2 de leur 3 joueurs les plus décisifs qui vont manquer.

Cyprien, une absence qui va faire mal à Nice

Cyprien, ce n’était pas que des buts marqués :

  • 52 tirs : N°2 de Nice
  • 169 duels gagnés (56%): N°1 de Nice
  • 55 dribbles réussis (87%) N°1 de Nice
  • 68 fautes subies N°1 de Nice
  • 193 ballons gagnés N°1 de Nice

Comment va réagir Lucien Favre pour compenser cette absence ? On peut légitimement penser que Mounir Obbadi va avoir plus de temps de jeu, laissant la construction à Séri et Walter, avec Belhanda et Eysseric sur un côté derrière Balotelli.

D’ailleurs, et si ce n’était pas Super Mario qui détenait les clés de la fin de saison niçoise ?

Tirer sur les montants, un vrai signe de malchance ? Ou de maladresse…?

En ligue 1 cette saison, une équipe a plus touché les montants que les autres. Cette équipe, c’est l’Olympique Lyonnais.

Avec 15 montants touchés, personne n’a fait autant en Ligue 1. Parmi les Lyonnais les moins chanceux, ou les plus maladroits, Lacazette et Valbuena les ont frappés 3 fois.

Cependant, si on s’intéresse au nombre de montants touchés relatifs au nombre de tirs, c’est Bastia qui l’emporte avec 14 poteaux touchés en 308 tirs, soit 1 poteau tous les 22 tirs (30 pour Lyon).

La palme individuelle revient à Allan Saint Maximin, et ses 5 poteaux touchés depuis le début de la saison.

En Ligue 1, Monaco est le club dont les remplaçants ont inscrit le plus de buts. Certes.

11 buts sur 82, ce n’est pas honteux de dire que le ratio est assez faible puisque cela ne représente que 13% des buts de l’ASM.

A Rennes, c’est 37% des buts de l’équipe qui sont inscrits par des remplaçants ! 10 sur 27 exactement (plus 1 csc).

Ils ont inscrit 2 buts par l’intermédiaire de joueurs entrés en cours de jeu sur les 2 derniers matchs.

Avec 28 buts marqués, les Rennais sont la 17e attaque en Ligue 1.

Si la Premier League a eu son « Fergie Time », la Ligue 1 est en train de découvrir le « Galtier Time ».

L’égalisation de Loic Perrin dans les derniers instants de la rencontre face à Metz (2-2) a une nouvelle fois montré que, avec les Verts, rien n’était fini tant que l’arbitre n’a pas sifflé la fin du match.

Par 7 fois Saint Etienne a réussi a inscrire 1 but dans les arrêts de jeu de la 2e mi-temps. Décryptage de ces 7 buts.

Les buteurs

Le spécialiste, c’est Nolan Roux qui a inscrit 2 buts après la 90e (soit 50% de son total de buts marqués). Après, on retrouve 5 joueurs à 1 but : Beric, Hamouma, Pajot, Jorginho et donc Perrin.

L’importance des buts

Si certains de ces buts n’ont rien changé, d’autres pourraient pesés dans la balance. L’ASSE a gagné 5 points grâce à ses buts tardifs. 1 contre Paris à la J4, 2 contre Bastia à la J5, 1 contre Dijon à la J9 et 1 face à Metz ce dimanche.

Sans ces buts, Sainté serait, avec 36 pts, 10e à égalité avec Toulouse et Angers.

Le lieu

On le sait, le Chaudron fait partie de ces stades de Ligue 1 où l’ambiance est toujours exceptionnelle. Ce n’est pas pour rien si 5 des 7 buts après la 90e minutes ont été inscrits à Geoffroy Guichard.

Il ne reste maintenant plus à Saint Etienne qu’à mettre la même intensité dés le début du match pour viser l’Europe à la fin de la saison.

Quand le 17e reçoit le 16e, la Ligue 2 est dans toutes les têtes. Lille est à 3 points du premier relégable (Dijon), et Nancy à seulement 1 point.

Les Nancéiens vivent une période compliquée. Ils n’ont plus gagné depuis le 5 Février et une victoire 2-0 à Nantes (depuis, c’est 5 défaites et 1 nul). Pire, ils n’ont plus inscrit le moindre but depuis 566 minutes malgré les 56 tirs réalisés au cours de ce laps de temps.

Les Lillois, quant à eux, ont inscrit au moins 1 but lors de leurs 4 derniers matchs à l’extérieur, leur meilleur série cette saison. Et si les nombreux changements opérés cet hiver ont mis du temps à se mettre en place, les Lillois semblent petit à petit retrouver un équilibre. Invaincus lors de leurs 3 derniers matchs (2 victoires et 1 nul), les hommes de Franck Passi partent avec une confiance retrouvée.

Nancy – Lille, le match de la peur qui pourrait faire très mal au perdant …